Mon expérience avec l’implant contraceptif

Il y a deux ans et demi, je me suis fait poser un implant contraceptif (Nexplanon). Voici ce que je pense de cette expérience.

Que porte-je ?
– Top Brandy Melville
– Brassière Monoprix

Ma chaîne random, l’instant inutile est par là

Publicités

Icône : Sharon Stone dans Basic Instinct (makeup)

Vous vous souvenez de ce film ?

J’ai utilisé :
* Dr Hauschka . Foundation (01)
* Nars . Anticerne éclat (Vanilla)
* Kevyn Aucoin . Sculpting powder (Medium)
* MAC . Charcoal brown
* Make Up For Ever . Palette Sepia
* Maybelline . Master Drama (Charcoal grey)
* Kiko . Mascara 30 days extension
* Bourjois . Contour édition (Funky brown)
* UNE . Rouge by UNE (R07)
* MAC . Mineralize blush (Lured to love)

Les accessoires :
* Sephora . Pinceaux 45, 57 et 50
* Bobbi Brown . Eyebrow brush
* Real Techniques . Angled brush et base shadow brush du kit Nic’s Picks & Contour brush (utilisé pour le blush)
* Shu Uemura . Recourbe-cils

Que porte-je ?
* Top H&M (qui date de l’époque où c’était encore cool d’avoir un skyblog)
* Ma couleur de cheveux : c’est la Mousse Absolue de L’Oréal (500) par-dessus du henné auburn de Shiraz, lui-même par-dessus douze mille autres trucs, tmtc ^^

Projets, cheveux, féminisme… #askinstantfutile

C’est le retour de la FAQ sur l’instant (f)utile ! Vous avez d’autres questions ? N’hésitez pas à les poser dans les commentaires et je tâcherai d’y répondre :)

Que porte-je ?
– Top H&M
– Cardigan American Vintage
– Sur mes lèvres : Ruby Woo de MAC
– Sur mes yeux : Color Tattoo (On and on bronze) de Maybelline, Liquid eyeliner (02) de Paul & Joe, Mascara Le Volume de Chanel
– Sur mes sourcils : Charcoal Brown de MAC
– Sur mon teint : Foundation (01) de Dr Hauschka, Erase Paste (1) de Benefit, Secret Camouflage (SC2) de Laura Mercier, Powder blush (01) de ELLE

Ma chaîne random, l’instant inutile est par là

Un après-midi pour moi

legs-434918_640

Il y a peu j’ai pris une résolution : mettre à plat les trucs de ma vie. Comprendre d’un côté les choses dont j’ai envie, et de l’autre celles que je dois faire (et qui souvent m’emmerdent au-delà du delà).

Je vous ferais bien croire que tout ça est venu d’une prise de conscience à l’échelle cosmique concernant la meilleure façon de vivre sa vie et de trouver le bonheur, la lumière et un sachet de Chipster au bout du tunnel, mais dans la mesure du possible j’essaye d’éviter de vous prendre pour des cons. La vérité, c’est que j’ai un amour incommensurable pour les carnets de notes. Il y en a de toutes les couleurs, de toutes les tailles, avec des motifs que-si-je-m’écoutais-je-me-les-ferais-tatouer-au-milieu-du-front, et puis en plus – ne nous mentons pas – ce sont souvent les choses les plus abordables qu’on peut trouver dans ces petites boutiques que j’adore, pleines de merveilles à mourir de beauté. Du coup, je les accumule. Quel rapport avec le pudding ? allez-vous me demander. Eh bien, donc, si vous me laissez le temps de finir, bordel, c’est pas possible, les gens n’ont plus de patience, c’est quand même pénible, de mon temps ça se passait pas comme ça, les gens s’écoutaient encore les uns les autres, pas comme maintenant, là, avec ces jeunes qui ne connaissent plus le respect, tout le temps le téléphone à la main et quand tu rentres dans le métro tu crois qu’ils se lèveraient pour te laisser leur place ? que nenni, mon cher, la jeunesse c’est plus ce que c’était /

Pardon, j’arrache mon mac des mains de mon grand-oncle et je reprends le clavier/

J’ai donc quelques carnets de notes SUBLIMES et désespérément vierges qui attendent leur tour, alors toute excuse pour remplir les pages de celui qui est en cours est bonne à prendre. Hop, double page : à gauche une liste des choses que j’ai vraiment envie de faire, des trucs qui me font papillonner les cils rien qu’à l’idée, et à droite une autre liste (beaucoup moins fun), celle des corvées que je remets à mardi prochain depuis 1997. Le but ? Barrer les mots dans l’ordre. Un à droite, un à gauche, et ainsi de suite jusqu’à épuisement des stocks.

Bref, après avoir rayé de la liste un impératif dont je vous fais l’honneur de vous passer les détails abominablement rasoir, le moment était arrivé cet après-midi d’exaucer mon souhait de vivre quelques heures de joie juste pour moi. #nombril

J’ai donc pioché dans la liste de la page de gauche de mon MERVEILLEUX carnet au motif écorce de bouleau (je vous ai parlé de mon merveilleux carnet au motif écorce de bouleau ?) et j’ai décidé de retourner voir ma petite esthéticienne. Elle commençait à me manquer depuis mon dernier soin du visage (il y a un an). Oui parce que, soi-disant, on devrait toutes aller se faire nettoyer le pore par des mains expertes une fois par mois, mais vu le prix de la prestation j’ai envie de te dire, vendre 12 organes par an, c’est un poil beaucoup. Mais là, ces derniers temps, j’avais comme une envie de me faire masser la trogne allongée sur un fauteuil chauffant. C’est comme ça que j’en suis arrivée à regarder mon psy dans les yeux et à lui dire « viens ce mois-ci je te soûle deux fois moins avec mes problèmes, et je réinvestis les économies effectuées dans un bichonnage de mon Moi extérieur »

* Au fait, en passant, j’encourage chacun(e) d’entre vous à aller soûler à un psy avec vos problèmes, ne serait-ce que pour faire des vacances à votre copine/mec/mère/coiffeur. Non, sérieusement, ça te passe les saloperies de l’âme au karcher*

C’est toujours pareil, à chaque fois que je commence à écrire un article sur un sujet, je me retrouve à pondre pavé sur pavé en digressions. « gressions »

Pour en revenir au vif du sujet, voici donc la teneur de cet après-midi pour moi :

Étape 1 : coucou l’esthéticienne ! Pendant une heure et demie je débranche totalement. Je me fais bichonner le minois au son de Billie Holiday (heu oui alors, le bruit des vagues et les couics de dauphin, si c’est votre truc, gloire à votre vie, mais en ce qui me concerne je préfère mille fois un petit peu de jazz, et puis ça a quand même l’avantage de ne pas te donner envie de pisser au bout de 14 secondes). En plus du bon vieux nettoyage des familles qui me fait me sentir toute propre de chez toute propre, je rajoute une teinture des cils et des sourcils parce que se sentir bien, c’est bien, mais se sentir belle, c’est … euh… beau ?

Je sors de là toute requinquée, en me disant que j’y retournerai le mois prochain. Mais je me connais.

Ps : quand j’ai dit « esthéticienne », tu ne t’attendais quand même pas à ce que je cale une épilation dans tout ça, si ? Meuf, j’ai dit que c’était un après-midi pour moi. Autant te dire que les sessions épilations sont loin du côté droit de mon carnet de notes.

Étape 2 : je trouve une terrasse et me pose avec mes maxi lunettes de soleil et un magazine. J’ai choisi la nouvelle édition de Psychologies, non pas parce que ça me passionne aux tréfonds de mon âme, mais plutôt parce que je sais qu’il contient une interview de Solange (Te Parle), et que même si je n’ai toujours pas décidé si je l’aime d’amour ou si elle me chatouille les glandes de l’agacement, j’ai quand même bien envie de savoir ce qu’elle a à dire. Après, si vous voulez vraiment aller au bout des raisons qui m’ont amenée à prendre cette décision (vous êtes pénibles, hein), je suis bien forcée d’admettre que le Mika torse nu couvert de peinture en couverture m’a quelque peu poussée à l’achat. Ah, Mika… Sa musique ne me fait pas grimper aux murs, mais peut-on vraiment résister à l’appel d’un beau brun aux cheveux fous, dénudé et couvert de peinture quand il nous regarde dans les yeux ? Les gens de Psychologies savent à qui ils s’adressent, les fourbes.

Un petit thé glacé, un peu de soleil… Et quand même une erreur de casting : une soupe aux fraises. Vitamines ? Check. Ravissement des papilles ? On repassera. Il fait beau, il fait bon, je prends la brise dans les naseaux, j’ai la couenne toute repulpée. #woupiwou

Étape 3 : et puis me revoilà devant mon écran. La pause n’a pas été longue, mais je me sens douze mille fois mieux que ce matin. Et pour finir l’après-midi rien de tel que d’écrire un article. Oui, c’est long. Oui, ça demande du boulot. Mais au bout du compte, me voilà forcée de constater que cette session de rédaction a bien sa place dans mon après-midi pour moi. Ça me plaît d’écrire. J’en sors un peu requinquée aussi, et je me dis « le prochain sera bientôt ». Mais je me connais.

Retour de flamme : mascara « Le Volume » de Chanel

Tiens, une catégorie sortie du passé !
Voici le premier épisode

J’ai parlé de :
* Chanel . Mascara Le Volume

La vidéo de Lexie Blush

Que porte-je ?
– Pull Monoprix
– Sur mes yeux : Liquid eyeliner (02) de Paul & Joe, Palette Naked Basics d’Urban Decay, Crayon Revlon double embout (côté beige) dans la muqueuse et of course… le Volume de Chanel
– Sur mes sourcils : Charcoal Brown de MAC
– Sur mon teint : Teint idole 24h (10) de Lancôme, Erase Paste (1) de Benefit, Secret Camouflage (SC2) de Laura Mercier, Blush Powder (01) de ELLE
– Sur mes lèvres : Crayon à lèvres (nude beige) de Phyt’s, Lip butter de Revlon (050 Berry Smoothie)
– Sur mes ongles (enfin, certains) : Vernis L’Oréal 859